India’s Unfree Workforce: Of Bondage Old and New

Jan Breman, Isabelle Guérin and Aseem Prakash (Editors), India’s Unfree Workforce: Of Bondage Old and New, Oxford: Oxford University Press, 2009, 392 p.

518AgOsVlFL._SY300_This volume makes a distinction between agrarian bondage as it existed in the past and the contemporary practices of bondage in various branches of the economy. It suggests that the analysis for bonded labour cannot be disassociated from a broader analysis related to the whole landscape of labour. The emergence of neo-bondage is strongly connected to the reinforcement of the informalization of labour relationships as well as the intensification of circulation and labour migration. Neo-bondage is strongly connected to the increased monetization of commodity exchanges and of social relationships, as well as the development of mass consumption. The authors do not accept the proposition that labour bondage is likely to disappear when economic growth is sustained at its current rate.

Bâtisseurs d’empires, Russie, Chine et Inde à la croisée des mondes, XVème-XIXème siècle

Bâtisseurs d’empires, Russie, Chine et Inde à la croisée des mondes, XVème-XIXème siècle

Par Alessandro Stanziani. Paris : Raison d’agir, 2012

http://www.homme-moderne.org/raisonsdagir-editions/

batisMLa bataille d’Ulan Butong en 1690 oppose dix mille Zhungars (trente mille suivant d’autres sources) à deux armées Mandchous (soit cinq mille hommes) ; le siège de Gingee par les Moghols implique environ 40000 soldats, des dizaines de milliers de chevaux et de dromadaires et des centaines d’éléphants. Ces affrontements ont lieu à des centaines, parfois des milliers de kilomètres des villes et des pâturages. Dans les steppes d’Asie centrale autant qu’en Inde, l’alimentation des chevaux et des hommes est tout aussi importante que la qualité des sabres. D’où venaient donc les approvisionnements nécessaires ? Les steppes ne sont-elles pas synonyme de territoire désertiques et de populations nomades ? Et l’Inde que nous décrivons toujours surpeuplée et sous-alimentée où trouvait-elle, en 1690, ces immenses ressources ?
Le point de départ et le fil rouge de cet ouvrage est donc tout simple : l’approvisionnement des armées dans les steppes et lors des sièges dans des régions périphériques. De quelle manière les Russes, les Chinois et les Moghols ont, chacun à sa manière, réglé ce problème ? Dans l’édification des Empires eurasiatiques, la lutte pour les chevaux est impitoyable. Chinois, russes et Moghols vont s’affronter entre eux et avec les peuples des steppes, les éleveurs mongols. Qui parmi les Chinois, les Russes et les Moghols aura mieux réussi dans ces opérations et pour quelles raisons ?
Au-delà, l’organisation militaire exige une discipline, une administration fiscale et un système de recrutement. Ce dernier peut avoir comme cible des mercenaires, des élites guerrières, des cavaliers nobles, des soldats paysans. En Inde des guerriers ascètes combattent à côté de paysans affamés et des cavaliers Rajputs ; dans les steppes d’Asie centrale, les cosaques déferlent à côté des Nogays, véritables nomades et de paysans russes cachés derrière les fortifications en bois ; en Chine enfin, ou plutôt dans sa partie nord-occidentale ; des paysans han, des criminels ordinaires et des guerriers mandchous organisés en bannières sont confrontés aux hordes Zunghars (mongoles oirats). Tous doivent être rémunérés alors même que leur emploi détourne des ressources monétaires, alimentaires et des bras d’autres occupations. Tout l’équilibre social est concerné. Les formes du recrutement et de la gestion des soldats, leurs équipements et approvisionnements s’ancrent dans le tissu social, dans les formes des institutions politiques et, bien entendu, dépendent de l’accès aux ressources disponibles. Les relations entre paysans, seigneurs, soldats et administration règlent cette architecture complexe.
Et le sort de ces trois empires immenses, les systèmes socio-économiques sur lesquels ils reposent, ne sont pas anecdotiques ; ce sont eux qui dominent le monde à une époque où personne n’aurait misé sur la suprématie mondiale de l’Europe. Jusqu’en 1789, quand l’Angleterre vient juste d’occuper le Bengale, l’Asie a encore de l’avance. Pourtant, un siècle plus tard, cette hiérarchie aura été complètement bouleversée ; l’Occident domine la planète. Alessandro Stanziani, auteur majeur du changement de perspective propre à l’histoire globale, explique dans ce livre ce prodigieux retournement, qu’a oublié l’histoire racontée par ceux qui connaissent la suite de l’histoire. Cette hiérarchie a été bouleversée, mais pour combien de temps ?

Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, 17th-20th Centuries

Brill

 Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, 17th-20th Centuries [2012].

 Edited by Alessandro Stanziani, EHESS and CNRS

 

 

(To read the introduction of the book, follow this link)

Labour

The history of the forms of “free” labour is intimately linked to that of coerced labour. In this book, worldwide acknowledged specialists of Russia, China, Russia, Japan, India, the Indian Ocean, France and Britain show that between the seventeenth and the twentieth century, forms of labour and bondage were defined and practised in reference to each other. Labour relationships found their sources not only in the global circulation of models, peoples, goods and institutions, but also in market dynamics. Proto-industry, agriculture, trade and manufacturing experienced unprecedented growth throughout Eurasia. Mostly labour-intensive, this long-term growth put considerable pressure on labour resources and contributed to increased coercion and legal constraints on labour mobility in both Asia and Europe.

Table of contents

Notes on Contributors

Introduction: Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, Seventeenth to Early Twentieth centuries, Alessandro Stanziani

PART ONE: JURIDICAL MODELS AND LABOUR DYNAMICSThe Duty to Work: A Comparison of the Common Law and Civil Law Systems from the Eighteenth to the Twentieth Centuries, Simon DeakinDutch Imperial Anxieties About Free Labour, Penal Sanctions and the Right to Strike, Ulbe BosmaChildren and Forced Labour in the Indian Ocean World, Circa 1750-1900, Gwyn Campbell

PART TWO: DEPENDANCE AND SERVITUDE AT WORK. LOCAL CUSTOMS AND GLOBAL DYNAMICSFactors that Shaped the Organization of Labor and the Labor Market in Tokugawa Japan: Kyoto and Central Japan, Mary Louise Nagata
Contractual Relations, Tariffs and Customs in the Lyon Silk Industry in the Nineteenth Century, Pierre Vernus
The Circulation of Commercial Manpower in an Indian Worldwide Trading Network in the Early Twentieth Century, Claude Markovits

PART THREE: DANGEROUS TIES: STATE, LANDLORDS AND LONGUE DURÉE SERVITUDES
Constrained Labour in Early-Modern Rural East-Central and Eastern Europe: Regional Variation and its Causes, Markus Cerman
Rights and Bondage in Russian Serfdom, Alessandro Stanziani
Acting as Master and Bondservant Considerations on Status Identities and the Nature of “Bond-servitude” in Late Ming China, Claude Chevaleyre
Public Works and the Question of Unfree Labour, Chitra Joshi

References

Index

Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la méditerranée (Moyen-âge – XXè siècle)

Par Roger Botte et Alessandro Stella, Paris : Karthala, 2012

couleurs-de-l-esclavage-sur-les-deux-rives-de-la-mediterranee-moyen-age-xxe-siecleSi l’esclavage des Noirs présente une indéniable spécificité, il est tout aussi évident que l’institution esclavagiste a été aussi complexe et variée que la polychromie des phénotypes humains. Sans remonter à l’Antiquité gréco-romaine, l’espace méditerranéen, avant, pendant et après la traite transatlantique des Africains est un observatoire de choix sur la fabrique d’esclaves. D’une rive à l’autre de la Méditerranée, nous pouvons observer la coexistence d’esclaves de différentes couleurs, origines, religions. À côté d’Africains arrivés par les traites transsaharienne et atlantique, les marchés d’esclaves se nourrissaient de Slaves, Caucasiens et autres Orientaux, pendant que les clivages religieux alimentaient et justifiaient la capture et la mise en esclavage aussi bien de musulmans que de chrétiens et de païens. Le même statut d’esclave était appliqué à des individus qui, tout en partageant la domination servile, était souvent, de par leur origine ethnique, leur sexe, leur âge, leur apparence physique et leurs supposées qualités, destinés à des tâches diverses. De Byzance au monde ottoman, de l’Europe chrétienne aux terres d’islam, la désignation des esclaves empruntait une large palette de nuances, la couleur se révélant pour ce qu’elle est : une vision subjective du contraste. C’est cet esclavage multiforme que tentent de dépeindre les textes ici réunis.

Plus de détails ici.

International Review of Social History Supplements

International Review of Social History Supplements is a must see series for anyone interested in social history and more specifically in labour history.

International Review of Social History, a leading journal in its field, attempts to combine theoretical innovation with thorough research. The oldest scholarly journal of its kind, it is distinguished for the quality, depth and originality of its articles. It also publishes book reviews, a bibliography of social history titles, and an annual supplement of specially commissioned essays on a current topic. Addressing issues of immediate interest, the supplement contributors bring different perspectives and distinguished scholarship to the subject of social history.” (follow this link for a complete list of the books published in this series)

Latest volumes related to labour history include, among others :

  • Ulbe Bosma, Elise van Nederveen Meerkerk, Aditya Sarkar, Mediating Labour. Worldwide Labour Intermediation in the Nineteenth and Twentieth Centuries (2013).
  • Karin Hofmeester, Christine Moll-Murata, The Joy and Pain of Work Global Attitudes and Valuations, 1500–1650 (2012).
  • Rana P. Behal, Marcel van der Linden, Coolies, Capital and Colonialism. Studies in Indian Labour History (2007).